Charles Maurras    Martigues
Conditions d'utilisation Pages éditées Plan du site Éditeurs et diffuseurs Nous contacter Liens

La presse d'Action Française rééditée

Rééditer l'ensemble de la presse d'Action Française serait tâche impossible, vu le nombre très important de revues, journaux et autres périodiques. D'ailleurs, où commence et où s'arrête cette notion de "presse d'Action Française" ?

Est-ce uniquement la presse "officielle", éditée par le mouvement L'Action Française ? Est-ce l'ensemble de la presse avouant une certaine sympathie pour le "maurrassisme" ?

On retiendra ici comme critère "la presse éditée par la mouvance maurrassienne", c'est-à-dire :

  • la presse officielle du mouvement : L'Action française, avant-guerre et ses héritiers d'après-guerre : la Restauration nationale, la Nation française, la F.U.R.F. (Fédération des Unions Royalistes de France), le C.R.A.F. (Centre Royaliste d'Action française), ainsi que la Nouvelle Action Française à ses débuts.
  • la presse éditée et dirigée par des figures de l'Action Française, même si l'initiative de l'édition de cette presse a été prise (plus ou moins) hors du mouvement.
  • et enfin la presse éditée hors de tout mouvement, mais dont l'orthodoxie maurrassienne ne peut être mise en doute.

Ce qui exclue les périodiques dits 'nationaux', même si quelques plumes maurrassiennes ont participé ou participent à leur rédaction.

Le recensement de cette presse n'est pas évident, vu le nombre important de périodiques régionaux, leurs disparitions imprévues, leurs fusions... . Voir, par exemple, les années 1970-1980, période pendant laquelle chaque "Union Royaliste de France" se faisant un point d'honneur d'avoir son propre mensuel, n'hésitant pas à monter en puissance lors d'un événement important (comme "L'Ordre provençal" devenant quotidien à l'approche du rassemblement royaliste des Baux de Provence). Puis certains, comprenant que la multiplication de ces mensuels militants à faible tirage n'apportait pas grand-chose au mouvement, se regroupèrent alors (voir "Je Suis Français", issu de la fusion de quatre mensuels du Sud-est de la France, en 1977) [1].

À un autre niveau, les difficultés rencontrées par la presse d'études et de réflexion ont amené les titres à se succéder à grande vitesse. Tel "Réaction", qui paraîtra de 1990 à 1994, puis "Immédiatement", de 1996 à 2002, enfin "Les Épées", de 2001 à 2009.

Mais la réédition de tous les périodiques ne s'impose pas, avouons le ! Un seul exemple, cet éphémère bulletin d'après-guerre, dont l'unique raison d'être fut de servir de support pour les règlements de comptes venant de ceux qui s'estimaient être les seuls et uniques héritiers du Maître. Une polémique fratricide comme seuls les gens d'Action Française savent faire ! Débat sans intérêt, et clos depuis fort longtemps. Que de telles feuilles restent profondément enfouies sous des monceaux d'archives.

L'essentiel des rééditions est bien évidemment constitué d'éditions numériques, d'origines diverses (France, États-Unis,... ). Une seule revue bénéficie d'une réédition "papier", les "Cahiers du Cercle Proudhon", encore s'agit-il d'une initiative provenant d'un courant non maurrassien.

Reste aussi le cas des "Études maurrassiennes", périodique qui n'en était pas réellement un, puisque créé pour la publication des actes des Colloques Charles Maurras, organisés par Victor Nguyen et Georges Souville à l'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-Provence. La possession de cette collection est indispensable pour qui prétend étudier l'œuvre de Charles Maurras. Nous avions choisi de la présenter comme ouvrages, non comme périodiques, dans notre quatrième "Actualité".

De nombreuses revues, anciennes ou récentes, mais dont la lecture semble indispensable, manquent hélas à l'appel : "Les Cahiers du Cercle Fustel De Coulanges", "Les Dossiers d'Action française", "Paroles françaises", "AF Université", "Les Cahiers Charles Maurras", "La Revue Universelle", "Réaction", "Les Épées"... . Pour d'autres, les rééditions sont très incomplètes : La "Revue grise", les "Cours et Conférences d'Action française", "La Nation Française", "Aspects de la France"... .

Notons enfin que les sites internet des périodiques les plus récents ne proposent, sauf exception, que le téléchargement de quelques pages ou d'éditoriaux.

En conclusion, Il y aurait un énorme travail à faire. En premier lieu, regrouper ces collections de périodiques en version "papier". Ensuite, non seulement faire un titanesque travail de numérisation, mais aussi d'indexation de ces textes dans une base de données afin de leur annexer un moteur de recherche. Car, sans ceci, un vrac d'éditions numériques est encore moins pratique à utiliser que quelques mètres-cubes de documents "papier".

Ceci étant à faire, contentons-nous aujourd'hui, de présenter ce qui est.

Nous mettons donc en ligne cette huitième "Actualité de l'édition maurrassienne", consacrée à la presse d'Action Française rééditée et disponible. Si le compte n'est pas bon, il y a tout de même matière à étudier.

Bonne lecture.


Brian McLeóghann.

Le 21 octobre 2013.

[1] Voir l'histoire de "Je Suis Français", sur le site de "L'A.F.Provence". Un diaporama présente une sélection de couvertures de ce mensuel. retour au texte ]



Ce document est édité sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'utilisation commerciale
Partage dans les mëmes conditions - 3.0. non transposé šcc-by-nc-sa 3.0.)